Complexus Magazine

Avec l’abonnement mensuel, accédez à la totalité de nos articles.

Accueil
Alimentation
Bien-être
Philosophie
Nouveauté
Santé

Bébé : d'une alimentation lactée à solide

Bébé : d'une alimentation lactée à solide

 

Voici un dossier spécial dans lequel nous allons voir de quelle façon un bébé passe d'une alimentation exclusivement lactée à une alimentation solide variée !

De la naissance à environ 6 mois, une alimentation lactée exclusive convient au bébé, et il n'est pas nécessaire ni recommandé d'introduire tout autre aliment. Cette alimentation lactée se poursuit ensuite, tandis que l'on introduit des aliments complémentaires ! ( World Health Organization (2002) Complementary feeding: Report of the global consultation, and summary of guiding principles for complementary feeding of the breastfed child )

Beaucoup de parents sont inquiets, voire perdus lors de cette étape transitoire, n'ayant pour seul repère, qu'une liste d'aliments, un ordre d'introduction, parfois des quantités, ou quelques idées de recettes tout droit sorties d'un grand groupe agroalimentaire ! Une étape simple et naturelle peut alors se transformer en vrai casse-tête !

La première question que se posent les parents est : "quand commencer l'introduction des solides ?"

Souvent lors d'un rendez-vous médical, les parents recevront le conseils ou bien souvent, l'ordre, de démarrer la diversification si l'enfant se trouve dans une fourchette d'âge comprise entre 4 et 6 mois.

Cependant, dans la plupart des cas, le professionnel se base uniquement sur l'âge de l'enfant et non sur son stade de développement (chaque enfant a un rythme et une évolution qui lui sont propres), sans même observer ses compétences et ses désirs, ainsi que sur le ressenti et les souhaits des parents ! L'enfant est il prêt ? Les parents sont ils prêts ?

 

Alors concrètement, quel est le bon moment pour commencer ?

Ce que l'on sait :
- Avant 6 mois, la croissance du bébé n'est pas améliorée par une prise de nourriture solide, le lait humain est nutritionnellement supérieur ( l'argument du petit bébé qui doit grossir pour démarrer la diversification plus tôt n'est donc pas correct ! Le risque dans certains cas est même d'obtenir l'effet inverse, un ralentissement voire une cassure de la courbe si les parents ne sont pas guidés et qu'il donnent une trop grosse quantité d'aliments, notamment sous forme de soupe, qui contiennent beaucoup d'eau pour peu de valeur nutritive, c'est malheureusement un scénario très récurrent ! )

La Stratégie mondiale pour l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant ( World Health Organisation and UNICEF (2003) Global Strategy for Infant and Young Child Feeding) reconnaît d'ailleurs que les nourrissons sont les plus vulnérables aux carences nutritionnelles pendant la transition vers les aliments solides.

- Avant 6 mois, l'introduction d'aliments est possible dans certains cas, mais totalement déconseillée avant 4 mois.
- "L'anatomie orale ainsi que les fonctions oro-motrices et les réponse réflexives qui en résultent indiquent que le bébé n'est pas prêt sur le plan développemental avant 6 mois, le risque d'aspiration peut être augmenté." (
Naylor A et al. (2001) Developmental readiness of full term infants to progress from exclusive breastfeeding to the introduction of complementary foods).
- Démarrer prématurément ne diminue pas le risque de développer une allergie ( geer fr et al 2008, effects of early nutritional intervention on the dévelopement of atopic disease in infants and children)

 

Le bon moment

Repérer les signes qu'un bébé est prêt pour démarrer l'introduction de solides sur les plan physique, moteur et émotionnel :

- L'enfant est âgé d'environ 6 mois ( un peu plus ou un peu moins !) chaque enfant son rythme et ses besoins !
- L'enfant montre un intérêt pour la nourriture
( Il tend ses bras vers le parents lorsqu'il mange, essaye de voler les aliments et les porte à la bouche, salive lorsqu'il sent une bonne odeur de nourriture, mime des mouvements de mastication...)
- L'enfant se tient correctement assis, le dos bien droit avec maintien, il ne penche pas sur les côtés, sa tête reste droite.
( cela permet de pouvoir correctement recracher un aliment qui glisserait vers le fond de la bouche en direction des voies respiratoires ou qui ne serait pas adapté en terme de texture ou de taille, l'enfant utilise son réflexe nauséeux )
- L'enfant a une bonne motricité et coordination main-bouche

 

A noter qu'il ne s'agit pas d'UN seul signe mais d'un ensemble de signes qui donnent le feu vert !

 

Comment introduire les aliments ?

- Diversifier = découvrir

* Le principe même de la diversification c'est la découverte de nouveaux aliments sur le plan gustatif, sensoriel, digestif et nutritif ! Le bébé va faire connaissance avec différentes saveurs, textures, couleurs, odeurs...
* Le lait doit rester l'aliment principal jusqu'à 12-18 mois, pas question d'attendre d'un bébé qu'il remplace un apport lacté par un repas !
* Le bébé va d'abord manger une à deux cuillères les premiers jours, puis de plus en plus chaque jours !
* Le nombre de repas aussi va augmenter progressivement, un au début ( souvent le midi) puis un autre le soir ou au goûter,après quelques semaines et ainsi de suite...

 

Les quantités augmentent PROGRESSIVEMENT et naturellement, il est important de se laisser guider par le bébé et respecter ses besoins et envies !
* Calculer les portions est plus source d'inquiétude, de stress et de contraintes pour les parents !
* Pour un sujet en bonne santé il n'est pas nécessaire calculer la ration alimentaire, les individus mangent selon leur appétit, pourquoi un bébé ne serait-il pas capable de faire cela ?
* D'autant plus lorsqu'il a été allaité à la demande et sait déjà réguler et gérer ses repas depuis sa naissance !

 

- Les parents gèrent la qualité et le bébé gère la quantité !
* Certains bébés nourris à la cuillère pourraient avoir tendance à continuer d'ouvrir la bouche par automatisme alors qu'ils sont repus, il est important d'observer l'enfant, ses réactions, son langage corporel, sa participation... et de le rendre le plus autonome possible dans son alimentation !
* L'enfant peut être acteur de sa diversification ! (DME, repas à deux cuillères, solliciter la participation et l'attention de l'enfant ...)

 

Quand proposer la tétée (ou le lait) ?

* De nombreuses mères craignent une baisse de lactation au moment du passage aux aliments solides, cependant, même si les tétées vont diminuer, et donc la production de lait également, cela ne se fait pas du jour au lendemain. La diminution de la lactation correspond à la diminution des besoins de lait du bébé ! C'est donc tout à fait normal !
* Plus l'enfant mange de solide, moins il va boire de lait, à titre indicatif, un enfant entre 0 et 6 mois prend en moyenne 800 ml de lait par 24h, cette quantité va diminuer à 500 ml jusqu'à 12-18 mois, puis continuer de diminuer progressivement jusqu'au sevrage !
* La mère devrait proposer la tétée avant les repas, surtout au début, afin de privilégier le lait, mais il est tout à fait possible de proposer après, avant et après ou à distance du repas ! L'essentiel est que l'enfant continue de recevoir sa ration de lait sans que les solides ne prédominent trop rapidement !
* Il est important de proposer des aliments adéquats et de qualité !
* Il est conseillé de débuter avec des aliments digestes, le bébé peut tout manger dès le début, y compris les allergènes.

Les seules conditions sont :

* Alimentation saine : privilégier le fait maison,les aliments bio, de saison
* Varier : proposer une grande diversité d'aliments permettra à l'enfant de se familiariser avec, de s'enrichir sur le plan sensoriel.
* Aliments adaptés : la texture, la forme, la cuisson...

Les aliments crus conviennent dès le début à condition que la texture soit adaptée aux compétences de bébé ! (exemple : une banane crue sera plus facile à écraser en bouche qu'une carotte crue !

 

Introduire les allergènes :

* Il n'est plus recommandé de retarder l'introduction des allergènes après 12 mois mais de les offrir dès les débuts et de façon régulière ( 2 fois par semaine). En cas d'allergie avérée, il est conseillé de suivre les recommandations du pédiatre ou de l'allergologue.
* Pour les aliments de la liste ci dessous, on proposera à l'enfant l'aliment pendant 3 jours d'affilés, (peut être mélangé avec d'autres aliments déjà connu du bébé !) suivi d'une pause de 2 jours durant lesquels on ne présente plus l'aliment en question.
* Au total sur ces 5 jours, on observera attentivement les réactions du bébé, (apparition de rougeurs, ou réaction cutanée, vomissement, diarrhée, irritabilité...)

 

Les allergènes les plus courants :

* oeufs
* lait
* moutarde
* arachide
* crustacés et mollusques
* poissons
* graines de sésame
* soja
* sulfites
* noix
* gluten
* Si le bébé a été allaité, il aimera retrouver les saveurs auxquelles il a été habitué pendant l'allaitement ( le lait change de goût selon l'alimentation maternelle) pensez à lui proposer des aliments que vous avez l'habitude de manger, il les acceptera plus facilement !

Finalement la diversification commence bien avant l'étape d'introduction des solides ! Ce sont les bonnes habitudes alimentaires de toutes la famille pendant la grossesse et l'allaitement ! Votre enfant mangera comme vous ! Vous êtes l'exemple !

 

Ne JAMAIS FORCER !

Respecter le rythme et les signaux de l'enfant ( envie, satiété, bon moment...).

Certains bébé ne seront prêts que bien plus tard, jusqu'à 9 mois le développement se poursuit normalement ( y compris le taux d'hémoglobines).

Après 9 mois si l'enfant n'est toujours pas prêts, la poursuite de l'allaitement est fortement encouragée, un suivi médical est fortement conseillé afin de complémenter l'enfant en cas de carences en micronutriments ( fer, zinc, vitamine A )

Ce qu'on peut faire : varier les textures, les saveures, la méthode utilisée...

tester différentes choses !

Rechercher d'éventuels troubles de l'oralité

 

Petit conseil : Le repas doit être un moment agréable en famille, mangez en même temps que votre enfant pour lui donner envie, faites le participer aux repas dès le plus jeune âge, même avant qu'il ne mange des solides !

 

Les méthodes

Les parents peuvent donner des purées : Les purées lisses mixées au début doivent évoluer rapidement vers une texture finement écrasé, donc un peu moins lisse ( vers 8 mois), à grossièrement écrasée à 12 mois, puis variés vers 18 mois ou l'enfant est capable de manger tous les aliments de tailles, de formes et de consistances adaptées à ses capacités.
Les parents peuvent aussi donner des morceaux dès le début. Ces morceaux doivent avoir une taille adaptée à la paume de main du bébé, être bien cuits et ne doivent pas être introduits en bouche, c'est l'enfant qui fait par lui-même ! Cette diversification nommée DME ( Diversification Menée par l'Enfant) doit respecter quelques grands principes de sécurité de base mais elle ne représente pas plus de risque de fausse route que la diversification avec purée ! Il est fortement recommandé aux parents de s'informer avant de démarrer ! Il existe pour cela de nombreux livres, site internet et ateliers en ligne !
Mixer les deux méthodes, c'est possible ! Certains parent démarrent avec les purées lisses de la méthode dite classique et choisissent de basculer ensuite avec des morceaux en DME, d'autres préfèrent donner des purées à la crèche et des morceaux à la maison...

Donner des morceaux n'exclut pas les textures lisses et donner des purées n'exclut pas les morceaux, on s'adapte, on teste, on offre au bébé ce qui nous paraît convenir à l'instant T !

Il est essentiel de s'adapter : à l'enfant, ses capacité, son rythme, ses besoins, mais aussi au contexte, possibilités et souhaits des parents !

 

Le repas est un événement social

* Se retrouver autour d'un bon repas, échanger, discuter, passer du temps ensemble ! Dans beaucoup de cultures, le repas est un moment de vie sociale intense ! Y compris pour le bébé !
* Manger en même temps et avec son enfant permet de passer un moment agréable ensemble, et procure des stimulations positives qui l'encourageront à découvrir les aliments et à aimer manger !
* Un bébé n'est pas fait pour être isolé au moment des repas, comme nous, adultes, il est fait pour partager ce moment ! C'est d'ailleurs l'occasion de montrer l'exemple ! Si votre enfant vous voit manger des brocolis, il sera plus attiré par les brocolis !

 

L'enfant OBSERVE

Pour apprendre à manger et apprécier les repas, l'enfant observe ses parents, que mangent-ils ? Comment font -ils ? ( avec quels outils, cuillères, mains, baguettes, verre, tasse... les mouvements des bras, des mains, de mastication...)

L'enfant imite, reproduit !

 

L'appétit est variable !

Comme pour les adultes, il est important de respecter le fait que l'appétit varie en fonction d'un bon nombre de paramètres ( stress, fatigue, douleurs, virus...)

L'observation se fait de manière globale, sur une semaine au moins, et non sur une journée, si un enfant n'a pas grand appétit un jour, il peut se ratrapper le lendemain ou le jour suivant ou la semaine suivante !

 

Apprendre à manger salit !

Certains parents ont du mal à lâcher prise ! Il est pourtant primordial que l'enfant soit libre de s'entraîner à manger ! Et pour cela il va forcément en mettre n peu partout au début !

La bonne nouvelle : plus il s'entraîne, plus vite il devient expert ! Un enfant qui a eu l'occasion de s'entraîner dès le début mangera de façon moins salissante avant celui qui commence à s'entraîner plus tardivement ! (on rejoint la question de la participation et de l'autonomie !)

Un enfant qui est sans cesse stoppé dans son plaisir de manipuler et découvrir la nourriture, parce que les parents ont peur qu'il salisse, pourrait totalement se désintéresser des repas et refuser de manger !

 

La constipation

Passer d'une alimentation liquide à du semi solide ou du solide nécessite une période d'adaptation du transit ! L'enfant peut être légèrement constipé au début. Cela n'est pas inquiétant ! Petits massages, aliments riches en fibres et en eau l'aideront !

D'où également l'importance de continuer à donner du lait de façon habituelle, et de proposer un petit fond d'eau au moment des repas !

L'huile est fortement recommandée ( 1-2 cuillères à café dans la purée ou versée sur les légumes) pour favoriser un bon transit ainsi que pour le développement cérébral de l'enfant ( une huile bien équilibrée en omega 3 et omega 6 comme l'huile de colza est parfaite, à varier avec d'autres huiles comme l'huile d'olive par exemple !)

 

Pour résumer : La diversification alimentaire est une étape développementale de la vie de l'enfant, cela ne consiste pas uniquement à le faire manger pour lui offrir des nutriments, même si c'est la finalité, c'est aussi l'éveiller, lui faire apprécier les saveurs, éduquer son palais, développer ses compétences motrices, orales, sociales ! Respecter son rythme, ses goûts, ses envies, ses besoins !

La diversification est une étape naturelle, et progressive, qui se déroule la plupart du temps sans encombre !

Certains parents et enfants rencontreront des obstacles ou difficultés, il est donc important dans ces situations de se faire accompagner de façon globale et pluridisciplinaire selon les besoins (allergologue, orthophoniste, ergothérapeute, pédopsy, diététicien pédiatrique, pédiatre, consultante en lactation ...)

 


Auteur

Les plus populaires